28
ALL CATEGORIES
10
AUDIT'UP
8
Flash Actu
3
FOOD'UP
2
IMMO'UP
15
LA PRESSE
3
ROOM'UP
10
WHAT'S UP ?

Programme d’échanges: Montréal et Paris révèlent les 16 start-up lauréates

Le Startupfest, la Table d’action en entrepreneuriat de Montréal (TAEM) et Paris&Co, dévoilent aujourd’hui les 16 lauréats qui vont participer au programme d’échanges de start-up entre Montréal et Paris. Lancé en février dernier, l’échange permettra aux start-up montréalaises et parisiennes sélectionnées, spécialisées dans le secteur des technologies, de l’information et de la communication, de s’installer pendant trois mois, à compter du mois de mai, dans la ville partenaire afin de développer leurs activités sur de nouveaux marchés. À Montréal, les start-up parisiennes seront hébergées gratuitement dans l’un des cinq incubateurs partenaires du programme : le Centech, la Gare, la Maison Notman, le Salon 1861 ou WeWork. À Paris, les start-up montréalaises seront accueillies gracieusement dans l’incubateur dernier-né de Paris&Co : Le Cargo.

Nouvelles opportunités d’affaires et de développement des réseaux à Paris et à Montréal

Les 16 start-up sélectionnées bénéficieront d’un programme d’activités et de mises en relation avec l’écosystème entrepreneurial et d’innovation de la ville hôte ainsi que du soutien pour l’installation des dirigeants. « Ce programme est une occasion unique de découverte de nouvelles opportunités d’affaires et de développement des réseaux à Paris et à Montréal », souligne Karine Bidart, co-directrice générale de Paris&Co. « Le programme d’échanges de start-up est une initiative inédite pour Montréal et nous sommes très satisfaits de l’engouement qu’il a suscité auprès des start-up de nos deux villes respectives. Des entreprises technologiques des plus prometteuses ont soumis leur candidature et nous sommes ravis d’accueillir les lauréats dans notre ville » déclare Philippe Telio, fondateur du Startupfest à Montréal. Le programme d’échanges est soutenu par l’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ), la Ville de Montréal, la Ville de Paris, le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation (MESI) et Montréal International. Les start-up lauréates opèrent dans le secteur des technologies, de l’information et de la communication et sont :

Les lauréats de Montréal vers Paris

  • Cellier Domesticus : Grâce à notre boîtier de contrôle et notre sonde dissimulée dans une bouteille, vous aurez une cave à vin intelligente et connectée. Le contrôle breveté optimise naturellement la température, le taux d’humidité et même la consommation électrique. L'électronique de pointe est fabriquée au Canada par Cellier Domesticus et veille si bien sur le vin qu’on l’appelle l’Ange Gardien! (http://www.cellierdomesticus.ca)
  • ClaimCompass aide les passagers à obtenir une indemnisation jusqu’à 600 euros lorsque leurs vols ont été annulés, retardés ou surbookés. Grâce à sa technologie, le processus de soumission d'une demande a été réduit à quelques étapes simples. (http://www.claimcompass.eu)
  • Hikster : Amateurs de randonnée, une petite révolution est en marche ! Hikster, déjà adopté par les Québécois, promet de transformer la planification de vos excursions partout en France, avant de s'attaquer au reste de la planète. L'expérience Hikster débute là où Google Maps s'arrête. Développée par une équipe de cartographes et de géomaticiens, c'est une véritable plateforme collaborative qui centralise l'information sur les sentiers, la faune, la flore, la restauration, l'hébergement et encore plus. Accessible en ligne et hors ligne, l'application permet de découvrir de nouveaux sentiers et de planifier des sorties facilement – d'abord à pied, mais éventuellement en VTT, ski et raquettes. (http://www.hikster.com)
  • MARKIS est une caméra pour le sport extrême qui peut enregistrer jusqu’à six différentes perspectives en même temps. Par l’application mobile, l’utilisateur peut choisir les angles desquels il veut enregistrer et ceux qu’il préfère garder inactifs. Compacte, robuste et dotée de son propre boîtier résistant à l’eau, MARKIS est la meilleure caméra sportive, même pour la plus extrême des activités. (http://www.makeitmarkis.com).
  • Soul.City est une application mobile permettant la découverte d’une ville selon son humeur du moment. Vous vous trouvez à Montréal ou Strasbourg et vous vous sentez… romantique? Aventurier? Envie de gastronomie? Soul.City vous emmène à la découverte de l’âme de la ville grâce à un itinéraire basé sur vos « feelings » et le temps dont vous disposez. L’application vous guide facilement au point de départ et vous accompagne tout au long de votre visite avec photos et description des lieux proposés. Les parcours peuvent également être téléchargés à l’avance pour éviter des frais d’itinérance. (http://www.soul.city)
  • The Cult Nation est une agence musicale composée de deux volets: d’un côté, l'équipe produit et développe la carrière d’artistes émergents (comme la chanteuse électro-pop Iris, le rappeur Husser et la chanteuse Charlotte Cardin) et, de l’autre, offre son expertise – composition de musique, post-production sonore, mix, stratégie musicale – sous forme de services aux agences de publicité, aux producteurs de contenus et aux marques. La publicité lui permet, en tant que label, d’être indépendant, de bouger à son rythme; et ainsi puiser dans l’identité lifestyle du label pour offrir un service authentique aux marques avec lesquelles elle collabore. (http://www.thecultnation.com)

Les lauréats de Paris vers Montréal

  • Echy a développé une solution qui permet de capter la lumière du soleil à l’extérieur des bâtiments et de l’amener à l’intérieur par le biais de la fibre optique. (http://www.echy.fr/)
  • Global Audit System a conçu un outil d’analyse instantanée de la satisfaction des clients, permettant à ses utilisateurs de mettre rapidement en place les actions correctives nécessaires. (http://www.auditup.com/home)
  • Liva est un concept qui permet à chacun de transporter ses données d’identité et de santé via un QR code unique gravé sur un bijou. (https://www.liva.fr/)
  • Méati Fashion est une marque « collaborative et interactive » de mode en ligne ; la première, sur le marché mondial du prêt-à-porter, qui fera appel aux futurs clients pour la création entière de ses collections. (http://www.meatifashion.com)
  • OCNI Factory est un studio de design qui crée des expériences gastronomiques à partager, transformant le repas en une véritable expérience multisensorielle. (http://www.ocni-factory.com)
  • Peetch est le premier service d'écriture d'histoires collaboratives en milieu scolaire. C'est un atelier d'écriture favorisant l'usage du numérique, le plaisir de l'écriture et de la lecture. (http://www.peetch.co)
  • Tadaima a pour objectif de créer un nouveau modèle de centre commercial. Nomade et à échelle humaine, celui-ci s’inspire des logiques actuelles du e-commerce (rapide, dynamique et connecté). (http://tada-ima.com)
  • Tech’4 team opère dans le domaine du yield management (tarification flexible) pour l’industrie du divertissement. Leur plateforme SaaS permet aux organisateurs d’évènements d’augmenter leurs revenus et le nombre de visiteurs à l’aide de modèles prédictifs et de recommandations en temps réel. (http://tech4team.fr/)
  • Traveler Car est le leader de l'autopartage entre voyageurs. Leur plateforme permet aux voyageurs de mettre leur véhicule en location pendant leur voyage, plutôt que de payer au prix fort le parking à l’aéroport. (http://www.travelercar.com)
  • Whask a développé une application mobile qui permet à ses utilisateurs de communiquer de façon extrêmement rapide et ludique. (http://whask.fr)

avis-client-certifie

A l'écoute du client

Le restaurateur doit plus que jamais adapter son offre en fonction de sa région et de sa clientèle. Dans ce contexte, être à l'écoute de ses clients va prendre son importance grandissante dans les prochaines années.

C'est la raison pour laquelle Global Audit System a créé Food'up, une solution permettant de récolter des informations importantes pour son exploitation et son management. Le client donne son opinion sur le repas en répondant à un formulaire précis dirigé par le professionnel et composé de douze questions.

Pour ce faire, il suffit de flasher, à l'aide de son smartphone, le QR code situé sur les chevalets fournis par le fabricant.

La réussite en restauration n'est en aucun cas une question de chance. L'avis du client est le seul indicateur qui permette au restaurateur de réussir son management, de développer sa clientèle et d'augmenter son chiffre d'affaires - argumente Jérôme Bulland, créateur de Foodup.

Parution presse Novembre 2015 - magazine La Revue des Comptoirs n°291

presse-global-audit-restaurant

Réussite : Jérôme Bulland, serial-entrepreneur

Véritable touche-à-tout, il a été chef à domicile, restaurateur, hôtelier. Aujourd'hui, il veut se consacrer à sa start-up. Jérôme Bulland a créé La Bastide de Lourmarin en 2006.
"Je suis fils de restaurateur. Ce métier me plaisait et mon père m'a dit cette phrase qui a achevé de me convaincre : "Avec cette profession, tu peux voyager dans le monde entier et tu trouveras toujours un poste." J'ai été formé dans les écoles hôtelières de Bellegarde et Dardilly, j'ai travaillé dans de bonnes maisons - dont La Mère Brazier à Lyon -, puis je me suis vite mis à mon compte. Comme je n'avais pas les moyens de monter un restaurant, j'ai décidé de cuisiner chez les clients. J'ai été en quelque sorte un précurseur des chefs à domicile. Ma petite entreprise, qui s'appelait justement La cuisine à domicile, a eu beaucoup de succès et de retombées dans la presse, j'ai même reçu des encouragements de Paul.
J'ai fait ça pendant trois ans, et je me suis dit que je pourrais développer le même concept aux États-Unis. Le rêve américain ! Je suis parti, j'ai obtenu des fonds, mais la vie ne m'a pas plu là-bas, je ne trouvais pas mes repères... Je suis donc rentré en France. Ma société, dont j'avais laissé les rênes à un copain, ne se portait pas très bien. Heureusement, j'avais rencontré à San Francisco quelqu'un qui allait créer un hôtel 4 étoiles dans le Luberon et qui m'a demandé de l'assister. C'était l'occasion de changer de vie, d'autant que ma femme était enceinte. C'est ainsi que je suis devenu associé et consultant au Moulin de Lourmarin. J'y ai travaillé deux ans, avant que le bâtiment ne s'écroule. Cela a été extrêmement difficile, je n'ai eu aucune indemnisation... J'ai alors ouvert un petit restaurant de quinze places assises, c'était la seule façon de voir venir. J'étais en cuisine, ma femme en salle, et on proposait une carte lyonnaise en Provence. On était le seul restaurant de Lourmarin ouvert toute l'année. On avait les crocs, il fallait travailler ! On voulait faire une terrasse couverte et agrandir le restaurant jusqu'à 100 places. Mais les autorisations, cela prend toujours du temps. Finalement, un incident a accéléré les choses. Il y avait à l'époque une salle avec un toit en polycarbonate qui s'est envolé alors que le maire déjeunait chez nous... On a vite reçu nos autorisations, et nous avons finalement tenu le Bistrot de Lourmarin pendant près de trente ans. La suite logique pour un restaurateur, c'est de vendre des chambres. Il manquait justement un hôtel sympa à Lourmarin, l'un des plus beaux villages de France. On a donc monté en 2006 La Bastide de Lourmarin, un établissement atypique de 19 chambres. On s'est dit qu'avec notre restaurant, on remplirait facilement l'hôtel. C'était le cas, on travaillait 20 heures par jour... En parallèle, j'ai repris l'hôtel Arquier, auquel je me suis consacré. Mais, pendant ce temps, La Bastide périclitait. Tenir deux affaires de ce type demandait trop de travail. J'ai revendu mes parts dans l'hôtel d'Arquier, je suis revenu à la Bastide, on a remobilisé les équipes, et nous sommes passés 4 étoiles.
"Ne rien laisser au hasard"
D'ici peu, j'aimerais déléguer la gestion de La Bastide, afin de me consacrer à 100 % au développement commercial d'un nouvel outil numérique d'évaluation de la satisfaction client. En 2013, j'ai monté une start-up, Food'up et Room'up, pour les restaurateurs et les hôteliers. Ces derniers peuvent poser à leurs clients douze questions fermées et précises, par exemple sur leur carte, leur terrasse, leurs équipes ... Pour accéder au questionnaire, les clients flashent le QR code indiqué sur un petit chevalet. Ils peuvent laisser des commentaires et gagner des chèques-cadeaux. Cela permet aux professionnels d'avoir une visibilité quotidienne de leur entreprise, grâce à un système de notation. Les établissements qui ont des difficultés réelles se voient proposer des audits plus complets. Cela illustre l'une de mes convictions : dans nos métiers, il ne faut rien laisser au hasard." 1982 : création de La Cuisine à domicile 1985-1987 : associé et consultant au Moulin de Lourmarin 1987 : création du Bistrot de Lourmarin 2006 : création de La Bastide de Lourmarin 2013 : lancement de Food'up Parution magazine L'hotellerie Restauration du 27/10/15

PRESSE-RH-NEORESTAURATION

MAGAZINE NEO RESTAURATION

foodup-avis-certifies-chrAu moment de choisir un restaurant, beaucoup de convives se déterminent en fonction des avis glanés sur internet.

Ces avis sont-ils pour autant fiables pour contrôler et améliorer la qualité de l’expérience de restauration ?

Pas sûr : selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, 44,4% des avis postés s’avèrent faux voir biaisés.

Partant de ce constat, Jérôme Bulland, restaurateur et chef de cuisine depuis plus de 30 ans, a créé Food’up, un outil d’évaluation auquel les convives peuvent répondre en moins de deux minutes avec leur smartphone via un QR code placé en salle. Les douze questions sont prédéfinies par le restaurateur, l’outil permettant un suivi quotidien de la satisfaction des convives.

site internet : http://foodup.fr/

Article paru sur le magazine NeoRestauration, le 21 octobre 215, cliquez sur le lien pour voir l'article en direct et sur le compte Twitter de GLOBAL AUDIT SYSTEM !

TOKSTER

16 oct 2015 0 Comments
1 LIKES LA PRESSE

tokster-presse-restauration

Créé par Jérôme Bulland, restaurateur et chef de cuisine depuis plus de 30 ans, Food’up est une solution qui permet aux restaurateurs de savoir ce que pensent vraiment leurs clients.

Grâce à un QR code placé sur un chevalet, les clients peuvent répondre en temps réel et anonymement à 12 questions prédéfinies par le restaurateur.

« Simple et rapide, Food’up permet aux clients de flasher un QR code, d’accéder sans avoir à s’identifier à 12 questions, et de pouvoir laisser son avis en moins d’1 minute 52. L'avis du client est en effet le seul moyen d’optimiser la démarche qualité et le management des équipes dans le secteur de la restauration » commente Food’up.

Outil d’évaluation, Food’up est un indicateur de qualité instantané qui s’appuie sur les 12 critères prédéfinis par le restaurateur lui-même et gérés directement via un extranet, sur lequel il peut consulter à tout moment les commentaires laissés par ses clients. Une analyse détaillée est adressée chaque matin au restaurateur lui permettant d’évaluer le service de la veille et de détecter les points à corriger afin de répondre aux attentes de sa clientèle.

La black box coûte 29,90 € par mois soit moins d’un euro par jour et comprend les chevalets, le système de back office ainsi qu’un point téléphonique mensuel pour maximiser l’utilisation de la solution. Pour les restaurateurs qui le souhaitent, Food’up propose également l’audit masqué (forfait à 199 €), d’une grande objectivité, ne laissant aucun poste au hasard, analysant chaque point suivant un scénario étudié, en répondant à plus de 120 questions qui seront traitées par des formules complexes et inédites, livrant ainsi au restaurateur une parfaite visibilité sur son outil, son offre, la qualité de son fonctionnement et de son personnel.

Magazine en ligne Tokster, premier média d'actualité sectorielle dédié aux professionnels